Sonata No. 9 en fa# mineur Op. 5 No. 3

26,00

 

 

 

16 en stock

Description

Les Trois sonates pour le pianoforte opus 5 d’Hélène de Montgeroult ont été publiées aux éditions Mlles Érard entre 1804 et 1807. La marquise de Montgeroult (1764-1836) a également publié une Pièce pour le fortepiano, opus 3, en 1804, comme l’annonce le Journal de Paris du 25 août. L’opus 4, aujourd’hui perdu, date sans doute de la même période : diverses sources affirment qu’il contenait des Pièces détachées pour piano. Fétis, quant à lui, pense qu’il s’agit d’un recueil de trois Fantaisies. Le dernier ouvrage de Montgeroult (à l’exception de son Cours complet, qui n’a pas de numéro d’opus) est probablement apparu en 1807, en même temps que ses Six Nocturnes à voix seule avec accompagnement de pianoforte, paroles tirées de Métastase, opus 6 publiés à Paris chez Mlles Érard.

La deuxième édition de l’opus 5 de Montgeroult, sur lequel est basée la présente publication, a également été publiée par Mlles Érard. La gravure n’est pas de la même qualité que celle des frères Marquerie qui ont préparé le Cours complet. Deux articles de presse annoncent la publication de l’opus 5 : Les Tablettes de Polymnie  le 20 avril 1811 (II, page 351), et Le Journal de Paris du 10 avril 1811).

Les nombreuses ré-éditions des œuvres d’Hélène de Montgeroult au cours de sa vie témoignent du succès de sa musique dans les salons pour lesquels beaucoup de musique pour piano de l’époque a été écrite. Quatre éditions de l’opus 1 ont été publiées (dont une en Allemagne), quatre pour l’opus 2, et deux pour l’opus 4 et l’opus 5. Le Cours complet pour l’enseignement du piano forte a été publié 3 fois en France toutes imprimées à partir des mêmes plaques ; une édition allemande a également été publiée vers 1839. Castil-Blaze, célèbre critique de l’époque, affirme, dans le Dictionnaire de musique moderne (1828), qu’Hélène de Montgeroult avait « composé de très belles sonates pour piano ».

Malgré ces nombreuses éditions, seules quelques copies des sonates de l’opus 5 ont survécu. C’est peut-être parce que ces œuvres n’ont pas été écrites pour le concert et se sont donc retrouvées rarement ou pas du tout dans les bibliothèques publiques. La sonate en fa dièse mineur est la troisième œuvre de l’opus 5 et la neuvième et dernière des sonates d’Hélène de Montgeroult. Le style de  cette pièce est plus classique que dans le Cours complet, ce qui est logique pour une sonate.

Jérôme Dorival, directeur des Éditions Modulation – novembre 2014.

(Bruno Robillard – 2006)

 

Suivez-nous ! / Please follow us!
error0

Informations complémentaires

Poids 50 g
Dimensions 32 × 22.5 × 0.5 cm